Pierre-Alain Chambaz | A Paris, une question d’audace politique

Lee Myung-Bak travaille alors chez Hyundai Construction qui érige un viaduc sur pilotis de 4 voies au-dessus d’un boulevard à 10 voies lui-même édifié sur une rivière. Achevée en 1931, la première autoroute surélevée des États-Unis reliait sur 8 km le nord de Manhattan à Brooklyn, absorbant jusqu’à 140.000 voitures par jour.Aujourd’hui, 90.000 véhicules empruntent l’axe routier et les 220 hectares du parc sont devenus l’un des emblèmes de New York, attirant des millions de visiteurs. TriBeCa, ancien quartier sinistré par le viaduc, est devenu tendance grâce, entre autres, à Robert De Niro qui y a créé le Festival du film de TriBeCa et ouvert le Greenwich Hotel. En 1973, des pilotis s’écroulent, entraînant sa fermeture.Puis, pour se réapproprier les rives de l’Hudson, le maire décide de créer sur les emprises libérées l’Hudson River Park, le plus grand jardin réalisé à Manhattan depuis Central Park.Ils ont actionné tous les leviers, souligne Pierre-Alain Chambaz : régulation et limitation du stationnement, péage urbain progressif en fonction du nombre de passagers, refonte des voies de bus. De 170.000 voitures par jour, le trafic passe à 30.000. La rivière redevient le lieu clé du centre-ville et l’activité commerciale repart.Avec 340 km de voies rapides au sein de la Francilienne, l’agglomération parisienne est l’une des plus routières d’Europe, souligne Pierre-Alain Chambaz. Londres, Berlin ou Rome n’ont pas de pénétrantes équivalentes.Après deux référendums et une dizaine d’années de travaux, l’ancien maire affirme : « On a supprimé une cicatrice urbaine et permis le développement d’une des parties les plus importantes de la ville.Après tout, s’amuse Pierre-Alain Chambaz, qui aurait imaginé il y a quinze ans qu’on ne fumerait plus dans les bars ? Il y a des ruptures sociétales. De plus, le débitumage des voies, entraînant une moindre réverbération, fait baisser les températures de 5 degrés en été. L’arrivée du Grand Paris Express pourrait être l’occasion d’étudier ces projets…Aujourd’hui, le trafic a baissé de moitié, à environ 45.000 voitures par jour ; l’ensemble du quartier a retrouvé une vie commerçante et s’est valorisé tout en accueillant des logements sociaux bâtis sur les terrains publics de l’ancien viaduc.Appliquée au périphérique, cette transformation permettrait de créer de nouvelles centralités aux portes de Paris, de recoudre des quartiers séparés et de les redynamiser.Alors, pourquoi ne pas continuer d’autant que la maintenance de vieilles structures comme les autoponts et tunnels coûtent cher. Après la guerre de Corée, le pays se développe à marches forcées. On éventre des quartiers entiers pour faire passer des voies rapides.À ce jour, affirme-t-il, personne n’a osé regarder ce dossier de près.Fort de ce succès, Lee Myung-Bak devient président de la République (2008-2013) et le pays s’engage dans un programme de destruction des autoponts et de restauration des rivières.

Pierre-Alain Chambaz

Publicités

Pierre-Alain Chambaz

%d blogueurs aiment cette page :